Billet de Lyon « enluminure ?  »

Billet d’où ? LYON en cette fête des lumières !!

 

Si les lyonnais, en 1852, ont choisi de remercier la Vierge le 8 décembre pour les avoir épargnés de la peste, ils ne se doutaient sans doute pas de l’ampleur que prendrait cet évènement avec le temps.
Cette édition 2013 ne proposait pas moins de 79 animations lumineuses dans toute la ville et s’attendait à accueillir entre 3 et 4 millions de visiteurs !!! C’est dire que la féérie se paie d’un bain de foule phénoménal auquel il faut être préparé … et paré pour le froid. Spectacle insolite en effet que ces millions de badauds emmitouflés, défilé d’écharpes et bonnets en tous styles.

On pouvait y admirer des projections colorées sur des façades de monuments publics (ce qui permet des jeux de dé-construction surprenants) et quantité d’œuvres d’art intégrant lumière (et parfois sons) de façon ingénieuse et variée. Les deux cours d’eau qui baignent Lyon sont devenus les théâtres d’une vie nocturne inouïe !

C’est le dimanche 8 qu’a lieu la fête des lumignons, tous les habitants étant invités à poser des bougies devant leurs fenêtres. Des petites flammes vivantes pour invoquer Marie et que je n’ai malheureusement pas vues…

Je n’ai pas pu voir ni essayer non plus cette animation qui m’aurait grisée

« Ecrire et dessiner sur les murs, avec de l’eau !

Chacun crée son message lumineux à coups de brumisateur et d’éponges sur un mur parsemé de LEDs qui s’allument au contact du liquide »

Mais ce que j’ai vu en deux soirées confirme une remarque qui me vient d’évidence : je trouve que de plus en plus d’évènements qui autrefois avaient un caractère local, familial ou votif deviennent de grands rassemblements à juste titre dénommés « spectacle ». Nous sommes invités à être de moins en moins dans le « festif » et de plus en plus dans le « consommateur de performance » …

Face à ces animations lumineuses, on ne peut qu’être admiratif de la réalisation technique, convaincu par ces machineries parfaites mais cela m’a paru un peu froid …

Heureusement il y avait chaleur humaine à chaque coin de rue où se tenait un stand de boissons chaudes, autour desquelles on partageait force gaité, et lorsqu’on croisait une fanfare…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *