C’est en Arles

« Billet d’où » de juin : C’est en Arles …

 You can read this article in English after the text in French : go down …

 

Qui peut se vanter d’être, depuis 2000 ans ce compagnon fidèle des humains aussi indispensable qu’ordinaire, fragile et résistant, objet d’art et support d’histoire, véhicule de nos pensées et outil d’échanges ? Quels dons de la nature les hommes d’Asie ont-ils su développer pour en faire tant de choses : paravents, cerfs-volants, lanternes et même, en Corée, robes de mariées ?

Le papier bien sûr !!

Inventé par les Chinois et élevé au rang d’un art par les Japonais, le papier, malgré l’installation, dans nos vies, de tous ces écrans, continue de fasciner …

Et c’est à la médiathèque d’Arles que s’est tenu les 31 mai et 1° juin un «  petit marché du livre singulier » … selon un programme réglé comme du papier à musique… Exposition de livres d’artistes aussi étranges que beaux, alliant au papier des matériaux variés. Il faut voir le travail remarquable et très sensible de Laurence Bourgeois qui a conçu, pour des poèmes,  des reliures en verre, précieux écrins dans un jeu subtil de correspondances des blancs et des transparences …

Livre ? Car évidemment c’est depuis l’invention de l’imprimerie par Gutenberg en 1450, que ce support blanc, léger, fiable, « reliable », durable, maniable est devenu nécessaire en quantité !

Combien de millions d’ouvrages sont sortis des presses depuis, précieux diffuseurs du savoir et de la communication ?? Et ces milliers de feuillets qui ont tant compté pour nous … cahiers d’écolier, lettres d’amour, journal intime, emballages de cadeaux !! …

Si aujourd’hui le papier que nous utilisons subit une transformation industrielle complexe, je trouve fascinant le parcours de la matière première dans la tradition japonaise.

C’est en Arles, encore que l’on peut visiter l’atelier d’un français travaillant selon ces méthodes ancestrales nippones, depuis la récolte des rameaux de mûrier, dont on extrait la fibre, jusqu’à la confection d’objets inattendus avec des feuilles de belle qualité tactile et décorative.

Allez donc voir la video, montrant ce processus manuel, sur le site  de Benoit Dudognon, c’est remarquable ! www.atelierpapetier.com

 

Magie du papier sous toutes ses formes qui fait resurgir la jolie rengaine de Gainsbourg

«  Laissez parler …les p’tits papiers »

 

Who can boast to have been, for 2000 years this faithful companion of human beings so essential as ordinary, fragile and resistant at the same time, a work of art and the support of history, the vehicle of our thoughts and a tool of exchanges? What gifts of nature did the people of Asia know  how to develop in order to make so many things : folding screens, kites, lanterns and even, in Korea, wedding dresses?

Paper of course !

 The paper was invented by Chinese people and raised to the rank of an art by the Japanese ; in spite of the setting up, in our lives, of all these screens, paper continues to fascinate …


And it is in the “médiathèque”  of Arles that we can attend on May 31st and  June 1 st  a
«  petit marché du livre singulier » …   » (little market of the remarkable book ) according to a program “réglé comme du papier à musique (as regular as clockwork) …

This is an exhibition of artists’ books, so strange as beautiful, combining paper with varied materials. You must see the remarkable and very sensitive work of Laurence Bourgeois who designed, for poems, glass bindings which are precious cases, in a play of correspondences between the whites and the transparencies …

Books ?  Obviously it is since the invention of the printing by Gutenberg in 1450, that this white, light, reliable  “bindingable” support, long-lasting and handy has become necessary in quantity !
How many million books went out press since then, invaluable spreaders of the knowledge and the communication??

And these thousands of sheets which have been so important for us : school notebooks, love letters, diaries, wrapping paper for presents !!…


If today the paper which we use undergoes an industrial complex processing, I find fascinating the route of the raw material in the Japanese tradition.

 

It is still in Arles that we can visit the workshop of a Frenchman working according to these Japanese ancestral methods, from the harvest of the twigs of mulberry tree ( whose fibers are extracted ) to the making of unexpected objects from sheets of beautiful tactile and ornamental quality.
I advise you to see the video, showing this manual process, on the site of Benoit Dudognon, it is remarkable!

 

The magic of paper in all its different forms  reminds us the lovely song by Gainsbourg «  Laissez parler…. les p’tits papiers »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *